- Sem.

Tweet du Pape

Saint du jour

Cliquer sur le logo pour accéder aux lectures du jour logo diocese

Tous tournés vers le ciel

 » Vous nous avez faits pour vous, ô mon Dieu et notre cœur est sans repos (inquiet a le même sens) tant qu’il ne repose pas en vous. » Voilà bien une parole de St Augustin qu’il est bon de nous remémorer en notre époque troublée et qui dit bien dans quel esprit nous devons vivre  la Fête de la Toussaint.

En effet, chaque année avec la Fête de la Toussaint, l’Eglise nous invite à tourner nos regards vers la joie et le bonheur du Ciel où sont déjà parvenus en multitude les saints connus et inconnus que nous fêtons ;  mais cette Fête de tous les saints, loin de nous détacher de notre tâche et de notre mission sur terre, veut au contraire donner une perspective à notre vie, une perspective seule capable de combler totalement notre cœur et nous donner plus d’élan pour vivre notre vie présente.

André Sève, dans un commentaire des Béatitudes (ces Béatitudes que nous lisons chaque année à la messe de la Toussaint), s’exclame : »Quand arrivera-t-on à faire de la Toussaint ce qu’elle est: la Fête du bonheur ? Et il ajoute: « Ce bonheur (que Dieu nous propose) est offert dès maintenant à tous sous la double forme d’une marche vers la joie parfaite et d’une marche déjà heureuse.  » Autrement dit, nous sommes bien appelés par Dieu à un bonheur parfait auprès de Lui, c’est là pour les croyants une certitude,  mais ce bonheur promis par Dieu doit déjà imprégner notre vie d’ici bas, même si ce sera toujours imparfaitement..

Oui, il est bon de nous rappeler que Dieu veut le bonheur de l’homme et que Dieu seul peut lui donner ce bonheur parfait auquel il aspire. Jésus ne nous a-t-il pas dit :  » Je vous ai dit cela  (son enseignement sur l’amour) pour que ma joie soit en vous et que votre  joie soit parfaite. » (Jn 15,11) ou encore:  » Celui qui boira de l’eau que moi je lui donnerai n’aura plus jamais soif; car l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau jaillissant pour la vie éternelle. » (Jn 4,14).

N’oublions pas que l’homme comporte une dimension spirituelle que notre époque consumériste et hédoniste oublie le plus souvent   mais qui se manifeste avec force sous différents formes. Si, selon deux sondages IFOP, 51 % des Français déclarent ne pas croire en Dieu, dans le même temps, 58 % d’entre eux déclarent adhérer à l’une des croyances suivantes: l’astrologie, les lignes de la main, la sorcellerie, la voyance, la numérologie, la cartomancie.

Alors si nous nous déclarons croyants au Christ ( Chrétiens) , ne cherchons pas ailleurs la réponse à nos aspirations profondes mais considérons  plutôt la chance que nous avons de croire et d’espérer en un Dieu dont l’amour dépasse tout ce qu’on peut imaginer et qui veut notre bonheur dès aujourd’hui et pour toujours; soyons fiers de  notre foi et  cherchons de tout notre cœur à répondre à cet Amour car c’est bien là que réside notre bonheur: « se savoir aimé et aimer » comme nous le chantons quelquefois. Prenons conscience que Dieu seul  peut désaltérer notre cœur assoiffé de bonheur et faisons nôtres les paroles du Psaume : « Dieu, tu es mon Dieu, je te cherche dès l’aube, mon âme a soif de toi ; après toi languit ma chair terre aride, altérée sans eau. »

Le problème des Chrétiens, ce n’est pas d’avoir trop de désirs mais au contraire, d’en avoir trop peu! trop peu de désirs orientés vers leur accomplissement véritable qui est la finalité de toute vie humaine: l’éternité en Dieu. » Ainsi s’exprime Sophia Kuby dans un livre intitulé : « Il (Jésus) comblera tes désirs «  Alors, n’ayons pas peur de désirer le ciel,  « fixant notre désir là où le regard ne parvient pas » ( St Léon ) car « l’homme ne peut vivre s’il n’a rien de radieux en vue« (Angelus Silésius), autrement dit sans espérance.

Dans notre marche vers le Ciel, nous ne sommes pas seuls, nous avançons au sein d’une Communauté où chacun doit avoir le souci de ses frères et sœurs. Au sein de notre Equipe d’accompagnement des familles en deuil, nous nous efforçons de nous faire proches des personnes frappées par la mort d’un être cher et notre mission trouve sans doute une importance accrue du fait que notre société nous prépare de moins en moins à la mort qui reste un sujet tabou. Notre équipe ayant  besoin de se renouveler, n’hésitez pas à prendre contact avec l’un ou l’autre d’entre nous, ne serait-ce que pour vous informer. Cette mission d’écoute et de réconfort des autres,  peut être une excellente voie pour  progresser dans notre marche vers Dieu en même temps que ceux que nous accompagnons.

Equipes d’accompagnement des familles en deuil