- Sem.

Tweet du Pape

Saint du jour

Cliquer sur le logo pour accéder aux lectures du jour logo diocese

ENTREE EN CAREME : LA SOLIDARITÉ DANS NOTRE PAROISSE

Nous entrons dans le temps du Carême, temps très important pour l’Egllise où nous sommes appelés à vivre la prière, le partage et la pénitence. C’est l’occasion pour nous de vous parler de la solidarité. C’est un des axes de notre projet pastoral pour 3 ans, édité en 2018, avec, pour titre « s’ouvrir pour mieux vivre la solidarité ». L’équipe pastorale a souhaité que soit recréé le Pôle solidarité.

Aujourd’hui, à mi-parcours, qu’avons-nous mis en oeuvre ?

Le père Aubin avait relevé des détresses liées à la solitude des personnes âgées ou porteuses de handicap, déjà, face à cela, des paroissiens réalisent régulièrement, depuis un certain temps des visites à domicile, d’autres encouragent la participation à l’atelier APART de Haute Goulaine, d’autres, organisent des après-midi jeux chez elles… Tous ces petits gestes d’ouverture à autrui sont autant d’invitations pour nous tous, à ouvrir les yeux et à oser risquer une parole, une démarche vers celle ou celui qui paraît isolé.

La solidarité s’est aussi concrétisée par une ouverture au-delà de nos frontières avec la création en 2019, du groupe « Amitié Goulaine-Parakou ». Des paroissiens sont allés sur place, après quoi, une délégation béninoise nous a rendu visite. Des projets d’échanges entre groupes pastoraux ayant des finalités semblables se sont ébauchés. Les écoles de notre paroisse ont été particulièrement actives et se sont mobilisées pour soutenir des opérations concrètes.

Beaucoup reste encore à faire pour tisser des liens durables, s’ouvrir réciproquement à la culture de l’autre, s’écouter, se comprendre et s’entraider, s’enrichir mutuellement.

Nous sommes bousculés par des bouleversements mondiaux. Nous voyons des personnes quittant leurs pays et arrivant sur notre paroisse avec beaucoup d’attentes car elles sont dans le plus extrême dénuement. Le diocèse a pris le problème à bras le corps, des structures ont été mises en place mais elles se révèlent, hélas, insuffisantes. Il est vrai que le problème lié à la gestion de la migration nous dépasse tous. Pour nous c’est un problème nouveau mais on ne peut ignorer ces désarrois, les détresses matérielles, affectives, psychologiques. Sur ce terrain, nous avons participé à des appels pour soutenir des initiatives de solidarité, écouté et aidé à chercher des solutions en effectuant des démarches.

Après trois années de fonctionnement du Pôle Solidarité voici une brève relecture du concret de nos pratiques. Cela reste modeste…De nouvelles fragilités émergent en permanence, comment rester à l’écoute ? L’esprit de solidarité doit irriguer tous les services de la paroisse. Nous avons toujours à chercher, à nous ouvrir aux autres.

Mais aussi, au-delà de ce que nous ‘faisons’ à nous laisser éclairer par l’Ecriture :

« Ne te dérobe pas à ton semblable » nous dit Isaïe 58, 7.

L’Évangile nous fait découvrir le prix que Jésus attache à la dignité de la personne, à son bonheur, à son besoin d’être reconnue dans la société, comme nous le montre, entre autres, l’épisode de l’homme à la main paralysée quand Jésus lui ordonne :« Lève-toi ! Viens au milieu » Marc 3,1-6.

Nous sommes tous appelés à ne pas avoir peur de regarder l’autre, à ne pas le laisser seul. La fragilité rencontrée, vécue et partagée nous transforme, nous déplace dans notre regard sur les personnes et le monde, donc dans notre relation au Dieu qui a fait alliance avec son peuple.

Le Pôle Solidarité

Edito – mars 2020